Mangez bien, restez en forme, vivez longtemps et mourez rapidement

Eet goed, blijf fit, leef lang en sterf snel

Nous consacrons beaucoup plus d’argent à soigner nos maladies qu’à notre alimentation. Nous vivons plus longtemps mais ne sommes plus en bonne santé. Avant, nous avions une grande mortalité infantile, ce qui donne l’impression qu’aujourd’hui nous vivons plus longtemps. C’est en partie le cas. Nous nous faisons aussi moins la guerre et donc nous mourons moins prématurément. La mortalité infantile et les guerres réduisaient significativement l’espérance de vie. Mais nous consacrons beaucoup plus d’argent à nos soins de santé qu’à notre alimentation (saine). Par exemple, un américain moyen consacre en moyenne 8.300 $ à ses soins de santé et seulement 2.200 $ à la nutrition. Nous européens, lorsque nous devenons âgés, nous avalons de 7 à 10 médicaments par jour. La période de vieillesse est devenue beaucoup plus longue et le coûts des soins ont augmenté significativement. Nos mauvaises habitudes alimentaires, notre hygiène de vie médiocre et notre croyance aux médicaments sont en grande partie responsables d’un dommage invisible et rampant.

Les 6 exemples des perturbateurs de notre santé

Les antibiotiques, les anti-inflammatoires, les inhibiteurs de l’acide gastrique, les édulcorants artificiels, les substances perturbant les hormones et pesticides tels que le Roundup.

-publicité-
Annoncez-vous sur Freedom of Health? Entrez en contact »

  1. Les antibiotiques en tant que perturbateurs de notre santé Nous oublions trop souvent que les antibiotiques sont utilisés massivement dans l’industrie de l’élevage. Les poulets, les porcs et les bovins sont bourrés d’antibiotiques et d’arsenic. Si bien que les grands mangeurs de viande ingèrent, sans le vouloir, beaucoup trop d’antibiotiques et d’arsenic. Les antibiotiques peuvent parfois nous sauver la vie, mais ils peuvent aussi tuer. Les antibiotiques tuent la plupart des bonnes bactéries dans vos intestins. Cela peut prendre jusqu’à 2 ans pour que vos intestins récupèrent d’une cure d’antibiotiques. En outre, nous oublions que notre résistance repose sur 600 bactéries différentes qui vivent dans notre intestin et représentent un poids total de 2 kg. Manger beaucoup de viande et se soigner aux antibiotiques est nocif pour votre flore intestinale et votre santé. Ne prenez pas d’antibiotiques trop rapidement en cas de cystite et d’infections des voies urinaires. Faites aujourd’hui confiance au jus de canneberge et buvez-en un litre par jour, pur et non sucré.
    Une meilleure solution : consommez des herbes immunisantes qui restaureront et défendront votre immunité. Les antibiotiques ne sont dès lors presque plus nécessaires.
  2. Les inhibiteurs de l’acide gastrique en tant que perturbateurs de notre santé Les inhibiteurs de la pompe à protons ou les inhibiteurs de l’acide gastrique doivent être évités à tout prix. L’acide gastrique tue les bactéries. C’est essentiel pour notre immunité. La recherche montre que les inhibiteurs de l’acide gastrique augmentent la probabilité de démence et sont associés à l’insuffisance rénale. Les inhibiteurs de l’acide gastrique sont également en partie responsables de perforations de l’intesstin grèle. En prenant des inhibiteurs de l’acide gastrique, nous favorisons le développement de nouvelles bactéries dans notre intestin, bactéries qui normalement seraient tuées par le milieu acide de notre estomac. La prise d’inhibiteurs de l’acide gastrique fait qu’il y a trop peu d’acide dans l’estomac, ce qui empêche la digestion complète et l’absorption des protéines. Le manque de protéines provoque une dégradation musculaire. Cela rend aussi les ongles cassants et ramollit la peau.
    Une meilleure solution : boire de l’eau minérale contenant des bicarbonates, comme la Pineo, est une bien meilleure solution que l’utilisation des inhibiteurs de l’acide gastrique.
  3. Les édulcorants artificiels en tant que perturbateurs de notre santé Le sucralose, la saccharine, l’aspartame et tous les édulcorants chimiques (je préfère les appeler le produits chimiques à saveur sucrée) changent radicalement l’holobiome. L’holobiome est l’ensemble des micro-organismes qui vivent dans vos intestins, sous votre peau et même dans tout votre corps. Et sans ces micro-organismes, nous ne pouvons pas survivre. L’holobiome vit en symbiose avec notre corps et notre esprit. On ne peut survivre qu’avec eux. Les édulcorants chimiques sont aussi des perturbateurs hormonaux et désorganisent notre horloge interne.
    Une meilleure solution : utilisez du sucre de fleur de coco comme le Gula Java avec son faible indice glycémique (convient pour les diabétiques) ou utilisez des feuilles de stevia moulues ou pas. Ne sucrez pas avec du glycoside de stevia, l’isolat chimique de la stevia.
  4. Les substances qui perturbent les hormones sont des ennemies de votre santé Les speudo-œstrogènes sont présents par exemple dans les plastiques, les parfums, les conservateurs, les cosmétiques, les encres contenant du DDE telles qu’on en trouve sur les tickets de caisse, mais aussi les PCB, le DDT. Les effets de la plupart de ces substances pseudo-œstrogènes n’apparaissent que tardivement et comprennent des problèmes de prostate, des problèmes thyroïdiens, des cancers, des problèmes de reproduction chez l’homme en particulier, mais aussi chez la femme, le diabète et l’obésité. Nous devons fuir comme la peste les huiles raffinées de supermarché contenant le conservateur DHT. Le DHT est également utilisé dans les farines de blé complet non bio pour éviter que les omégas du son et du germe ne rancisse. Le but est noble mais nocif pour votre équilibre hormonal. Le BPA est présent dans les bouteilles, les sacs, les emballages et bidons en plastique, les couvercles en métal et les anneaux de dentition pour bébés. On trouve aussi des parabènes dans de nombreux cosmétiques et produits de soins corporels. Le triclosan et autres subtances chimiques ayant une action antibactérienne, telles que celles utilisées dans les hôpitaux, mais qu’on trouve aussi dans le savon, le gel lavant pour les mains, les désodorisants, le dentifrice et de nombreux produits de soins sont de puissants perturbateurs endocriniens. Le triclosan tue également les bactéries utiles sur les mains, dans la bouche, sur la peau et dans les intestins. Le triclosan est un perturbateur de votre holobiome. Le DCHP, le DEHP, le DNOPO et le BPS sont des phtalates. Les phtalates sont des substances qui rendent le plastique plus souple. Ce qui le rend moins cassant. Nous les ingurgitons indirectement principalement par notre alimentation. Les recherches ont révélé que les céréales, le bœuf, le porc, le poulet et les produits laitiers sont les plus grandes sources de phtalates. Ils sont stockés dans la graisse des animaux qui ont été en contact avec eux. L’arsenic est utilisé comme antibiotique dans l’élevage des poulets, c’est un grand perturbateur hormonal. Plus vous mangez de poulet, plus vos hormones sont perturbées et plus le cancer vous menace. Les femmes enceintes qui sont exposées à l’arsenic en mangeant du poulet ont plus de chances d’avoir des enfants ayant des troubles de l’attention et des garçons avec des pénis plus petits.
    Une meilleure solution : achetez des boissons en bouteilles en verre, évitez le plastique dans la mesure du possible et mangez bio, surtout lorsqu’il s’agit de produits gras tels que les fromages et les huiles.
  5. Le Roundup et autres biocides en tant que perturbateurs de notre santé Les herbicides, les insecticides et les pesticides sont des biocides. Les biocides sont des substances destinées à tuer. Les conséquences involontaires mais logiques ne manquent pas. Nous ingérons un cocktail de substances qui tuent. En touchant les aliments qui en contiennent, mais aussi en consommant la viande des animaux qui absorbent des biocides par leur alimentation. Comme le Roundup de Monsanto (Bayer !) et les produits de Dow Chemical. On en retrouve sur nos fruits et légumes, mais beaucoup plus dans la chair et le lait des animaux qui les ont accumulés dans leur corps pendant leur courte vie. On trouve des traces de glyphosate (par exemple du Roundup) dans les céréales, les haricots, les noix, les légumes et les fruits que nous mangeons de même que les animaux. Dans nos intestins, le Roundup ou le glyphosate sont nocifs pour notre flore intestinale et donc pour notre résistance et notre santé. Ainsi, en 2013, le glyphosate a été considéré comme responsable de la mort de milliers de travailleurs agricoles décédés d’insuffisance rénale chronique. L’Europe se fait hésitante sous la pression de Bayer et Dow Chemical. Parmi le pathologies induites, on citera les insuffisances hépatiques, la stérilité, les allergies et les malformations congénitales.
    Une meilleure solution : arrêtons les biocides, vive l’agriculture biologique ! L’agriculture comme autrefois.
  6. Anti-inflammatoires et analgésiques Tous les médicaments limitant l’inflammation et la douleur sont néfastes pour notre digestion. Ils sont nocifs pour la muqueuse de l’intestin grêle et du gros intestin. Les substances indésirables telles que les lectines et autres bactéries nocives, les virus, les protéines et les petits morceaux de selles peuvent causer des dommages en passant dans notre système sanguin et lymphatique, et ce du fait qu’elles provoquent des lésions de la muqueuse de nos intestins. Ne les utilisez pas. Ils font plus de dégâts que de bien.
    Une meilleure solution : les herbes anti-inflammatoires et une alimentation saine.