Mcts et acide laurique dans l’huile de coco extra vierge remplacent les antibiotiques: contre le candida, les infections fongiques, les bactéries, les virus …

L’huile de coco extra vierge et l’huile de coco: un monde de différence

Mct's en Laurinezuur in kokosolie tegen candida, schimmelinfectie, bacteriën en virussen. Ze vervangen antibioticaL’huile de coco courante est raffinée et est faite du copra de noix de coco. Le copra est obtenu en séchant la pulpe de la noix de coco à température très élevée. C’est de ce copra que l’on extrait (à ce stade, à l’aide de solvants) l’huile de coco. Ensuite, elle est blanchie, désodorisée et raffinée. Il en résulte un produit bon marché qui nuit à la santé! Lorsque les animaux sont nourris à la graisse de coco raffinée contenant des graisses trans et non des graisses essentielles, cette graisse de coco traitée augmente le niveau de cholestérol auprès des animaux, selon une conférence donnée par Mary Enig en 1996 au Vietnam.

Les stérols, la lécithine, les polyphénols, les caroténoïdes, les minéraux, les vitamines E et les autres substances végétales sont éliminées par un processus de raffinage. Pourtant, toutes ces substances ont leur raison d’être. Les Vitamines E préviennent le rancissement, les caroténoïdes protègent contre le soleil, les minéraux assurent la croissance et la conduction électrique, etc… L’huile de coco raffinée et durcie ne fond qu’entre 30 et 37°C et l’huile extra vierge pressée à froid aux alentours de 25°C. Cela signifi e que l’huile de coco raffinée est plutôt solide à température du corps, ce qui n’est pas favorable à la santé.
L’huile de coco extra vierge est obtenue par la fermentation naturelle de la pulpe ou par la pression mécanique. L’huile extra vierge dégage un parfum de coco et goûte comme tel, tout comme l’huile d’olive extra vierge a le goût d’olives. L’huile extra vierge est parfaitement liquide à 25°C et présente une structure moléculaire toute petite. Elle est particulièrement saine et assimilable, tant par le biais des intestins, que via la peau.

Les chaînes moyennes d’acides gras (MCT) L’huile de coco est la source la plus riche en MCT

MCT sont des Medium Chain Tryglicérides, soit des chaînes moyennes d’acides gras. Ces graisses sont surtout présentes dans l’huile de coco et l’huile de graine de palmiste. Les molécules des MCT sont plus petites, sont rapidement décomposées et ne nécessitent que peu d’énergie et d’enzymes pour être assimilées et utilisées par notre organisme. Elles n’ont pas besoin d’enzymes du pancréas, (22) ni davantage l’intervention du foie ou de la vésicule biliaire. C’est pourquoi les MCT d’huile de coco sont bénéfiques aux personnes souffrant de problèmes de foie, étant donné qu’elles sont plus faciles à digérer. Contrairement aux autres graisses, les MCT sont plutôt utilisées comme un carburant, que comme une graisse. (23) C’est pourquoi les MCT d’huile de coco sont très appréciées par les sportifs et qu’elles s’intègrent parfaitement au régime de vitalité.

Grâce aux propriétés curatives de MCT, celle-ci est souvent utilisée dans les hôpitaux pour les patients ayant subi des brûlures et souffrant de maladies graves. (17) Les longues chaînes d’acides gras telles qu’elles apparaissent souvent dans l’huile de poisson et dans les huiles végétales, sont plutôt stockées comme des graisses et ne sont utilisées que dans un deuxième temps comme de l’énergie.

La fonction anti-microbienne des MCT contenus dans l’huile de coco

L’évolution a pourvu les plantes, les animaux et les hommes d’un certain nombre de mécanismes de protection, pour la défense contre toutes sortes de virus, de bactéries, de champignons, etc. Les noix de coco poussent dans un climat tropical, qui pullule d’organismes nous agressant sans cesse. Les noix de coco s’y sont adaptées par le biais de leur chaîne moyenne de graisses et ont développé naturellement un système anti-microbien. Le lait maternel et le lait d’autres mammifères comprennent également des acides gras lauriques MTC (acides gras moyens) pour protéger leurs nouveau-nés. (C’est pourquoi on retrouve également un peu de MCT dans le beurre). Une des caractéristiques uniques de l’huile de coco réside dans le fait qu’il s’agit d’alimentation antibactérienne, antivirale, antifongique et anti-protozoaire. (29,30)

L’huile de coco en tant que neutraceutique
La nature guérit…

Là où l’huile de coco est consommée depuis des générations, on sait qu’il s’agit d’un remède efficace pour guérir les blessures et qu’elle possède des propriétés anti-inflammatoires et anti-microbiennes. Certains experts en huile de coco mettent out en œuvre pour qu’elle soit re prise officiellement en tant que neutraceutique, un supplément alimentaire présentant une valeur nutritive élevée, qui prévient ou guérit les maladies chroniques. En effet, l’huile de coco peut renforcer notre système immunitaire. L’acide laurique, caprique, capronique, caprylique et myristique, qui représentent plus de 70% des acides gras de l’huile de coco, nous protègent contre les bactéries, les virus, les champignons, la fermentation et les protozoaires. En mangeant de l’alimentation préparée à l’huile de coco, nous nous protégeons mieux.

Les différents puissants acides gras anti-microbiens de l’huile de coco sont:

  • 45% d’acide laurique (un MCT à 12 atomes d’hydrogène)
  • 10 % d’acide caprique (un MCT à 10 atomes d’hydrogène)
  • 8% d’acide caprylique (un MCT à 8 atomes d’hydrogène)
  • 0,5% d’acide capronique (un MCT à 6 atomes d’hydrogène)
  • 8 à 12% d’acide myristique (un LCT à 16 atomes d’hydrogène)

Le problème de la résistance antibiotique
L’huile de coco offre une solution plus large

Lorsque le système immunitaire fonctionne bien, notre organisme peut généralement se défendre lui-même et les antibiotiques ou les vaccins ne sont pas nécessaires. D’ailleurs, bon nombre des bactéries et des virus qui nous entourent sont ‘amicaux’. Sans eux, la vie n’est pas possible pour l’être humain. Seuls nos intestins déjà comptent près de 2 kg de ces petits organismes.
Grâce à une hygiène accrue, d’importants progrès ont été réalisés au cours de ces 150 derniè res années dans la lutte contre les maladies infectieuses. Malheureusement malgré tout notre savoir, nous ne pouvons pas empêcher des épidémies de se déclarer. Même les nouvelles bactéries ou les variantes d’un type plus ancien demeurent une plaie pour la médecine. Les statistiques nous révèlent que depuis 1980 la mortalité consécutive à des maladies infectieuses a fortement augmenté. (38) Deux grands facteurs résident dans les habitudes alimentaires malsaines et l’utilisation exagérée et erronée d& rsquo;antibiotiques.

  • Dans de nombreux pays, l’Amérique en tête, les gens se goinfrent d’aliments raffinés comme le sucre, des produits à base de farine blanche et des huiles raffinées. 80% de nos calories sont aujourd’hui issues d’aliments sans valeur nutritive significative, qui non seulement nous font grossir, mais minent également notre résistance.
  • Pas seulement les hommes sont des grands consommateurs d’antibiotiques. L’industrie du bétail a abusé des antibiotiques! Cela a permis à certaines bactéries de survivre et de résister aux antibiotiques. Les bactéries résistantes peuvent devenir des bactéries menaçantes pour la vie.
  • Même si les antibiotiques peuvent éliminer des bactéries (pas des virus!) dans notre corps, elles n’en demeurent pas moins des substances intruses. Les antibiotiques constituent une charge supplémentaire pour le foie, les reins, l’estomac et les intestins.
  • Les antibiotiques détruisent d’ailleurs aussi les bonnes bactéries présentes dans notre corps, telle que la ‘bonne flore intestinale’, un complexe de milliards de micro-organismes bienfaisants vivant dans notre intestin. Il peut en résulter notamment la diarrhée, par la disparition de la couche protectrice de bonnes bactéries intestinales, nous sommes plus exposés aux intrus. En outre, des champignons qui étaient tenus en respect, peuvent être ravivés. Bref, notre système immunitaire est affaibli.

L’huile de coco peut représenter une alternative naturelle aux antibiotiques. L’huile de coco nous protège non seulement contre les bactéries, mais également contre les virus et les protozoaires. L’huile de coco contribue également à l’enrayement d’infections fongiques. Si vous utilisez malgré tout des antibiotiques, faites vous du bien avec l’huile de coco pour prévenir des infections fongiques.

L’huile de coco et les infections fongiques
Faites fi des Candida albicans…

L’huile de coco peut non seulement réduire notre dépendance aux antibiotiques, elle con tribue également à un équilibre sain de notre flore intestinale. Un des effets secondaires décourageants des médicaments et des antibiotiques réside dans le fait qu’ils éliminent non seulement les mauvaises bactéries, mais également les bonnes et peuvent ainsi causer des infections fongiques.

Les pays où la population consomme beaucoup de noix de coco sont souvent des pays ou apparaissent beaucoup de champignons. L’Inde, le Sri Lanka, l’Indonésie, la Polynésie et les Philippines sont de tels pays et il est frappant de constater que si peu de gens y souffrent d’infections fongiques. (111) Les femmes polynésiennes par exemple, ne souffrent que très rarement d’infections fongiques.

Le remède naturel le plus connu contre les champignons est l’acide caprylique, un acide gras de la chaîne moyenne également présent dans l’huile de coco. L’université d’Islande a réalisé une étude à grande échelle sur l’efficacité de concentrations élevées en acide laurique et en acide caprique. (9) Ils ont découvert que l& rsquo;acide caprique est l’acide gras le plus rapide et le plus efficace dans la lutte contre le champignon Candida albicans. Mais en présence de faibles concentrations, c’est l’acide laurique qui était le plus actif et ce même après un temps d’incubation prolongé. L’acide caprylique venait en troisième position. (98) Ces trois acides gras sont abondamment présents dans l’huile de coco. D’autre recherches ont démontré que les MCT présents dans l’huile de coco tuent les champignons tels que le Candida albicans (106)

L’effet de dépérissement
ou la ‘réaction de Herxheimer’

Trois cuillers chaque jour, à chaque fois pendant ou avant le repas, fait disparaître la colonie de champignons dans les intestins. Le dépérissement en masse des champignons tels que le Candida albicans peut provoquer temporairement des maux de tête, de l’éruption cutanée et de la diarrhée. C’est ce qu’on appelle l’effet de dépérissement ou la réaction de Herxheimer. L’élimination rapide des micro-organismes libère des substance toxiques des champignons. Néanmoins, cette réaction désagréable est un signe indiquant que vous êtes sur la bonne voie dans la destruction des champignons.

L’huile de coco est un vaste spectre naturel d’antibiotiques et tue les virus et les champignons.

Antibiotiques chimiques? Optez pour des antibiotiques naturels avec de l’huile de coco extra vierge

kokosolie bij candida en schimmelinfectieUne fois qu’elles ont été développées, les substances des antibiotiques chimiques demeurent les mêmes. Les antibiotiques ne tuent plus que les bactéries non résistantes. Etant donné que l’instinct de survie des bactéries les pousse à s’adapter sans cesse, les antibiotiques actuels deviennent tôt ou tard inutiles. Plus la pression sur les bactéries est élevée, plus rapidement elles s’adaptent. Plus nous utilisons d’antibiotiques, plus nous rendons les bactéries ‘intelligentes’. C’est pourquoi les hôpitaux sont des foyers de nouvelles variantes: les ‘bactéries d’hôpital’.

Avant et après presque chaque opération, on utilise des antibiotiques. Un antibiotique développé aujourd’hui aura en grande partie perdu sa valeur dans le futur. Il en va autrement de l’huile de noix de coco. L’huile de coco est un produit naturel qui évolue avec son environnement et s’adapte dans son souci de survie. La morale, c’est qu’à long terme, l’utilisation abondante d’antibiotiques donnera une longueur d’avance aux bactéries sur l’être humain. Améliorez votre santé, consommez de l’huile de coco et votre corps fera le reste.

Quelles sont les bactéries et quels sont les virus éliminés par l’acide laurique présent dans l’huile de coco?

L’acide mono-laurique démantèle les membranes de graisse des virus et rend les champignons passifs. Elle dissout véritablement la couche de graisse protectrice, l’enveloppe de certains virus et certaines bactéries, ce qui laisse l’occasion au système immunitaire humain d’ achever le travail.
De toutes les graisses saturées, l’acide laurique possède le plus grand effet antiviral, plus même que l’acide caprylique ou l’acide mystirique. (82) L’huile de coco a un effet positif sur les tumeurs, les maladies sexuellement transmissibles, la méningite et peut même réduire de 80% les caries dentaires.

A travers le monde entier, on dénombre près de 50 millions de nouveaux cas de personne contaminées de Chlamydia trachomatis (la maladie sexuellement transmissible la plus contagieuse), pouvant être éradiquée par l’acide mono-laurique.

L’huile de coco rétablit une bonne santé générale

Si les mauvaises bactéries, les virus et les champignons dans notre corps sont tués par l’huile de coco, notre état de santé général s’améliorera. En effet, un excès de mauvaises bactéries, de virus et de champignons peut nous épuiser, causer une fatigue chronique et nous rendre malades, affecter notre résistance et causer de nombreux petits maux et des maladies. En ajoutant l’huile de noix de coco à votre régime alimentaire, vous profiterez d’une énergie accrue. D’après le Dr. Mary Enig, une personne adulte devrait consommer quotidiennement 24 grammes d’acide laurique à des fins thérapeutiques. Cela correspond à 3,5 cuillers à soupe d’huile de coco par jour.

L’huile de coco et la prostate

Une autre affectation potentielle de l’huile de coco réside dans le traitement d’agrandissements bénins de la prostate chez les hommes (BPH of hypertrophie bénigne de la prostate). Actuellement, il existe un traitement très populaire aux herbes, à savoir aux baies de palme (Sabal serrulata ou Serenoa repens). Ces baies contiennent des composants graisseux qui entravent la transformation de la testostérone en DHT favorisant fortement la croissance de la prostate et contribuent ainsi à contrer la croissance de la prostate. La composante active de ces baies réside dans la part de graisse, qui contient surtout des acides gras avec une chaîne de longueur moyenne. C’est pourquoi l’huile de coco, riche en MCT, peut avoir un effet positif sur la prostate. (4)