J’en ai assez que des gens comme certains journalistes, politiciens, médecins et scientifiques qui affirment qu’il n’y a pas de remède contre ce coronavirus La grande majorité des personnes infectées ont déjà démontré que la survie après l’infection est la règle. Fini les discours effrayants et le fatalisme. Mais soyons prudents et renforçons notre résistance.

Mes conseils se fondent sur 19 articles scientifiques, résumés en un document. Étant donné qu’il existe des preuves scientifiques du pouvoir antiviral de l’huile de noix de coco extra vierge, je recommande aux gens de prendre une cuillère à soupe d’huile de noix de coco extra vierge chaque jour à titre préventif. L’huile de noix de coco n’a pas d’effets secondaires négatifs sur la santé. Cela aussi a été scientifiquement prouvé. Ce conseil n’est pas destiné à remplacer un médecin.

-publicité-
Annoncez-vous sur Freedom of Health? Entrez en contact »

26.03.2020, Auteur Bart Maes (www.freedomofhealth.eu).

Remerciements : J. Montoya, Fabian M. Dayrit, Ph.D. et Dr Mary T. Newport, M.D., ainsi que mes remerciements à l’Université Ateneo de Manila, et à l’Académie nationale des sciences et des technologies des Philippines.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le Coronavirus

Au moment où j’écris ces lignes, l’OMS a déclaré un état d’urgence mondial sur le nouveau coronavirus COVID-19, qui s’est maintenant répandu bien au-delà de la Chine. Ce virus semble être lié au SRAS (Zhou et al., 2020), un coronavirus qui a provoqué une épidémie en 2003. Plusieurs chercheurs ont développé des médicaments ciblant spécifiquement les enzymes protéases (enzymes digérant les protéines) dans le coronavirus, mais les résultats de ces médicaments / vaccins sont encore incertains.

-publicité-
Annoncez-vous sur Freedom of Health? Entrez en contact »

Plusieurs chercheurs préconisent l’utilisation d’huile de noix de coco extra vierge contre le coronavirus en raison de son puissant effet antiviral

Le Dr J. Montoya, Dr Fabian M. Dayrit, Ph.D. en Dr Mary T. Newport, M.D. sont des chercheurs (notamment à l’Université Ateneo de Manila et l’Académie des sciences naturelles) qui attirent actuellement l’attention sur le potentiel de l’huile de coco extra vierge dans la lutte contre les virus. L’huile de noix de coco pure et biologique comme antiviral puissant et sûr contre des virus tels que le coronavirus COVID-19. De puissants effets antiviraux de l’huile de noix de coco ont été prouvé à plusieurs reprises dans diverses études scientifiques.

Que faire si un éventuel traitement contre le coronavirus est déjà disponible et dont l’innocuité est prouvée ?

L’Université nationale de Singapour teste actuellement l’huile de noix de coco extra vierge spécifiquement pour lutter contre le coronavirus COVID-19 et prescrit de l’huile de noix de coco à titre préventif. (FP, Actualités politique étrangère, 13/03/2020)

L’huile de noix de coco contient certaines substances dans une combinaison unique, qui ensemble sont très efficaces. Par exemple, l’acide laurique (C12) et la monolaurine (son dérivé) sont connus pour avoir une activité antivirale considérable depuis de nombreuses années. L’acide laurique est un acide gras à chaîne moyenne qui constitue environ 50 % de l’huile de noix de coco. La monolaurine est un métabolite produit naturellement par les propres enzymes de l’organisme lors de l’ingestion d’huile de noix de coco et est également disponible en complément sous une forme pure. Le laurylsulfate de sodium, un agent tensioactif courant fabriqué à partir d’acide laurique, possède également de puissantes propriétés antivirales. L’acide laurique, la monolaurine et le laurylsulfate de sodium (également connu sous le nom de dodécylsulfate de sodium) sont utilisés dans de nombreux produits en raison de leurs propriétés antivirales.

Les mécanismes d’action de l’huile de noix de coco et de ses acides gras antiviraux

Il existe trois mécanismes éprouvés qui expliquent l’activité antivirale de l’acide laurique et de la monolaurine dans l’huile de noix de coco. Ils :

  1. provoquent la désintégration de l’enveloppe du virus
  2. peuvent inhiber le stade de maturation avancée dans le cycle de réplication du virus
  3. peuvent empêcher la liaison des protéines virales à la membrane de la cellule hôte.

1. Désintégration de la membrane du virus

De nombreuses activités antivirales de l’acide laurique et de la monolaurine ont été remarquées pour la première fois par Sands et ses collaborateurs (1979), puis par Hierholzer & Kabara (1982). Hierholzer & Kabara ont notamment démontré que la monolaurine peut réduire de plus de 99,9 % l’efficacité de 14 virus humains encapsulés dans l’ARN et l’ADN en culture cellulaire. La monolaurine agit en désintégrant l’enveloppe du virus. Thormar et ses collaborateurs (1987) ont confirmé la capacité de l’acide laurique et de la monolaurine à inactiver les virus en démantelant la membrane cellulaire. Il a été démontré que le laurylsulfate de sodium (un dérivé de l’huile de noix de coco) dissout et dénature l’enveloppe virale (Piret 2000) 2002).

Selon des études, l’huile de noix de coco démantèle des virus et des bactéries à Gram positif. Le système immunitaire humain peut facilement se débarrasser du virus démantelé.
Voir ci-dessous les textes sur les virus à Gam positif. Visionnez également la vidéo.

2. L’acide laurique contenu dans l’huile de noix de coco inhibe la maturation des virus
pour empêcher leur multiplication ou la réduire de manière significative

La fièvre hémorragique virale est une maladie causée par un virus. En fonction du virus, l’évolution de la maladie peut être bénigne à sévère. Les virus qui provoquent la fièvre hémorragique sont des virus à ARN. Outre la fièvre, on observe des symptômes de fatigue, de vertiges, de faiblesse et de douleurs musculaires.

La fièvre hémorragique est souvent difficile à reconnaître. Le taux de mortalité varie entre 25 % selon 90%. le manuel d’Aldus De Merck (Fièvre hémorragique, février 2003).
Le virus Junin (JUNV) est la cause de la fièvre hémorragique argentine. Dans une comparaison des acides gras saturés de C10 (provenant de l’huile de noix de coco) à C18 contre l’infection JUNV, Bartolotta et ses collègues (2001) ont démontré que l’acide laurique provenant de l’huile de noix de coco était l’inhibiteur le plus actif. Des études ont révélé que l’acide laurique inhibait une phase de maturation avancée dans le cycle de réplication du JUNV. Selon les images obtenues au microscope électronique en transmission, le JUNV est un virus enveloppé avec des glycoprotéines incorporées dans la double couche lipidique qui forme des pics viraux (Grant et al., 2012), similaire au COVID-19.

3. Empêche la liaison des protéines virales à la membrane de la cellule hôte

Hornung et ses collègues chercheurs (1994) ont démontré que l’acide laurique provenant de l’huile de noix de coco inhibe la production du virus de la stomatite vésiculaire infectieuse de manière dose-dépendante et réversible. Après l’élimination de l’acide laurique, l’effet antiviral disparait. Ils ont constaté que l’acide laurique n’affectait pas la synthèse des protéines de la membrane virale (M), mais empêchait la liaison des protéines M virales à la membrane de la cellule hôte.

L’huile de noix de coco, ennemie du coronavirus grâce à ses différents acides gras efficaces

Plus de 70% des acides gras contenus dans l’huile de noix de coco ont une activité antivirale, notamment l’acide laurique, l’acide caprique, l’acide caprylique, l’acide capronique et l’acide myristique, qui ont tous une activité antiseptique, tant virale que bactérienne. Bien que l’acide laurique soit responsable d’une grande partie de l’activité antivirale observée dans l’huile de noix de coco, l’acide caprique (C10) et la monocaprine ont également fait preuve d’une activité prometteuse contre d’autres virus, tels que le VIH-1 (Kristmundsdóttir et al., 1999). L’huile de noix de coco contient environ 7 % d’acide caprique. Hilarsson et ses collègues (2007) ont testé les activités virales des acides gras, des monoglycérides et des alcools gras contre le virus respiratoire syncytial (RSV) et le virus de la para-influenza humaine de type 2 (HPIV2) à différentes concentrations, périodes et valeurs de pH. Ils ont indiqué que le composé le plus activement testé était la monocaprine (C10), qui a également montré une activité contre le virus de la grippe A et une activité virale significative, même à des concentrations très faibles de 0,06 à 0,12 %.

Le coronavirus ?
Utilisez l’huile de coco (à titre préventif) sur les animaux et les humains et
protégez-vous ainsi que les personnes avec lesquelles vous entrez en contact

L’huile de noix de coco et ses acides gras se sont avérés sûrs, efficaces et antiviraux, tant chez l’homme que chez l’animal. En raison de la protection antivirale et antibactérienne qu’elle nous procure, à nous et à nos animaux, l’huile de noix de coco, ainsi que l’acide laurique et la monolaurine, sont utilisés chez les animaux d’élevage et les animaux de compagnie comme compléments alimentaires pour les poulets, les porcs et les chiens (Baltic et al., 2017).

Selon des études, la monolaurine protège efficacement les poulets contre le virus de la grippe aviaire (van der Sluis, 2015). Li et son équipe de recherche (2009) ont fabriqué un gel contenant de la monolaurine et ont découvert qu’il était très actif contre les charges virales élevées répétées du virus de l’immunodéficience de Siméon chez les macaques (singes). Kirtane et ses collaborateurs (2017) ont mis au point un gel contenant 35 % de monolaurine destiné à être utilisé dans les organes génitaux féminins pour protéger du VIH.

Le laurylsulfate de sodium (LSS) provenant de l’huile de noix de coco est utilisé à faible concentration pour désactiver les virus dans le lait des animaux d’élevage (de Sousa et al., 2019). Le LSS provenant de l’huile de noix de coco est le principe actif des lingettes désinfectantes commerciales et un désinfectant de laboratoire standard. C’est également un émulsifiant et un activateur de pénétration (permettant aux substances de pénétrer plus profondément dans la peau ou le corps) dans les préparations pharmaceutiques.

Conclusion :
L’huile de noix de coco extra vierge s’avère utile pour prévenir
les infections virales, telles que le coronavirus.

Plusieurs études in vitro, animales et humaines confirment le potentiel de l’huile de noix de coco et de ses dérivés comme agents efficaces et sûrs contre un virus tel que le COVID-19. Des études sur d’autres virus démontrent l’implication d’au moins trois mécanismes qui expliquent l’activité antivirale de l’huile de noix de coco.

Compte tenu des preuves scientifiques considérables de l’activité antivirale de l’huile de noix de coco et de leur innocuité générale, nous demandons instamment que des essais cliniques soient menés sur des patients infectés par COVID-19 (voir ci-dessous). Tout comme le fait l’Université de Singapour. Ce traitement est abordable, sans risque et les bénéfices potentiels sont considérables.

L’huile de noix de coco extra vierge étant sûre et largement disponible, je pense qu’il est logique de considérer l’huile de noix de coco comme un moyen de prévention général contre les infections virales et microbiennes.

Quelle quantité d’huile de noix de coco utiliser à titre préventif contre le coronavirus et comment ?

1 Eetlepel per dag voor preventie. Tot 3 eetlepels per dag bij besmetting.
Hoe gebruiken? Gewoon met de lepel, smeren op je brood, ermee bakken of verwerken in recepten.

Reconnaissez que les mesures globales que vous prenez déterminent si l’hôte peut s’armer contre le coronavirus. Il s’agit d’un dilemme entre la mesure dans laquelle nous sommes confrontés au virus et notre capacité de résistance. Go for coco.

Les virus « Gram positif » sont démantelés par l’huile de noix de coco extra vierge, selon une recherche scientifique

Gram négatif et Gram positif sont des termes utilisés pour rendre certains types de bactéries visibles et reconnaissables sous un microscope optique. Gram négatif et gram positif sont des termes utilisés pour rendre certains types de bactéries visibles et reconnaissables sous un microscope. Grâce à la coloration de Gram, les bactéries et les éventuels virus se divisent en deux groupes de couleurs différentes, appelées Gram négatif (rouge) ou Gram positif (bleu violet). La différence de couleur est due à la présence ou à l’absence d’une épaisse couche de peptidoglycane autour de la bactérie. De ce fait, la méthode porte le nom de son inventeur, le microbiologiste danois Hans Chritian Gram (1853-1938), qui a développé la technique en 1884.

Les virus Gram positif qui sont dissous avec de l’huile de noix de coco et qui sont ensuite plus faciles à tuer et à éliminer par notre système immunitaire :

Cytomégalovirus, Epstein-Barr, Hépatite C, Herpès simplex, Herpès (Herpesviridae), VIH, Herpès humain 6A, Virus T-lymphotrope 1 humain, Grippe, Leucémie, Pneumonie, Rubéole, Sarcome, Virus respiratoire syncytial, Virus de la stomatite vésiculeuse, Virus Visna.

Découvrez la vidéo éducative sur les bactéries et les virus à Gram positif et négatif.

Sources concernant l’huile de noix de coco et le coronavirus

Baltić B, Starčević M, Đorđević J, Mrdović B, Marković R. Importance of medium chain fatty acids in animal nutrition. IOP Conf. Series: Earth and Environmental Science 2017; 85: 012048.

Bartolotta S, Garcí CC, Candurra NA, Damonte EB. Effect of fatty acids on arenavirus replication: inhibition of virus production by lauric acid. Archives of Virology, 2001; 146(4): 777-790.

Bondi CAM, Marks JL, Wroblewski LB, et al. Human and Environmental Toxicity of Sodium Lauryl Sulfate (SLS): Evidence for Safe Use in Household Cleaning Products. Environmental Health Insights 2015:9 27–32

Dayrit CS. Coconut Oil in Health and Disease: Its and Monolaurin’s Potential as Cure for FOR HIV/AIDS. XXXVII Cocotech Meeting. Chennai, India. July 25, 2000.

De Sousa ALM, Pinheiro RR, Araújo JF, et al. Sodium dodecyl sulfate as a viral inactivator and future perspectives in the control of small ruminant lentiviruses. Arquivos do Instituto Biológico, 2019; 86. Epub Nov 28, 2019.

Grant A, Seregin A, Huang C, Kolokoltsova O, Brasier A, Peters C, Paessler S. Junín Virus Pathogenesis and Virus Replication. Viruses, 2012; 4: 2317-2339.

Hierholzer JC, Kabara JJ. In-vitro effects of monolaurin compounds on enveloped RNA and DNA viruses. Journal of Food Safety, 1982; 4(1): 1-12

Hilmarsson H, Traustason BS, Kristmundsdóttir T, Thormar H. Virucidal activities of medium- and long-chain fatty alcohols and lipids against respiratory syncytial virus and parainfluenza virus type 2: comparison at different pH levels. Archives of Virology 2007: 152(12):2225-36.

Hornung B, Amtmann E, Sauer G. Lauric acid inhibits the maturation of vesicular stomatitis virus. Journal of General Virology, 1994; 75: 353-361.

Kirtane AR, Rothenberger MK, Frieberg A, et al. Evaluation of vaginal drug levels and safety of a locally administered glycerol monolaurate cream in Rhesus macaques. Journal of Pharmaceutical Science 2017; 106(7):1821-1827.

Kristmundsdóttir T, Arnadóttir SG, Bergsson G, Thormar H. Development and evaluation of microbicidal hydrogels containing monoglyceride as the active ingredient. Journal of Pharmaceutical Science, 1999; 88(10): 1011-1015.

Li Q, Estes JD, Schlievert PM, et al. Glycerol monolaurate prevents mucosal SIV transmission. Nature 2009; 458(7241): 1034–1038.

Piret J, Déseomeaux A, Bergeron MG, et al. Sodium lauryl sulfate, a microbicide effective against enveloped and nonenveloped viruses. Current Drug Targets 2002; 3(1):17-30.

Piret J, Lamontagne J, Bestman-Smith J, et al. In Vitro and In Vivo Evaluations of Sodium Lauryl Sulfate and Dextran Sulfate as Microbicides against Herpes Simplex and Human Immunodeficiency Viruses. Journal of Clinical Microbiology 2000;110-119.

Sands JA, Landin P, Auperin D, Reinhardt A. Enveloped Virus Inactivation by Fatty Acid Derivatives. Antimicrobial Agents and Chemotherapy, 1979; 15(1): 27-31.

Thormar H, Isaacs CE, Brown HR, Barshatzky MR, Pessolano T. Inactivation of Enveloped Viruses and Killing of Cells by Fatty Acids and Monoglycerides. Antimicrobial Agents and Chemotherapy, 1987; 31(1): 27-31.

van der Sluis W. Potential antiviral properties of alpha-monolaurin. Poultry World. Downloaded from: https://www.poultryworld.net/Nutrition/Articles/2015/12/Potential-antiviral-properties-of-alpha-monolaurin-2709142W.

Widhiarta KD. Virgin Coconut Oil for HIV – Positive People. Cord, 2016; 32 (1): 50-57.

Zhou P, Yang X-L, Wang X-G, et al. Discovery of a novel coronavirus associated with the recent pneumonia outbreak in 2 humans and its potential bat origin. bioRxiv preprint first posted online Jan. 23, 2020; doi: http://dx.doi.org/10.1101/2020.01.22.914952.