Une grande quantité de graisse saturée est un bienfait pour notre cœur et nos vaisseaux sanguins, c’est une étude renommée qui l’a prouvé (Tokelau – étude de la noix de coco)

2500km ten noordoosten van Australië en 6000km ten zuidwesten van Mexico liggen de koraaleilandengroepen Pukapuka en Tokelau.2.500 km au Nord-Est de l’Australie et à 6.000 km au Sud-Ouest du Mexique, on trouve les archipels de Pukapuka et Tokelau. La population polynésienne de ces îles se nourrit principalement de graisses saturées, et de très peu de sucres. La noix de coco est la source d’énergie la plus importante du régime alimentaire des habitants: 63% de l’apport énergétique des habitants de Tokelau provient de la noix de coco (huile, fibres, etc.) et 34% pour les habitants de Pukapuka.

Cette étude connue de la population de Tokelau prouve que les produits de la noix de coco (huile, fibres, etc.) ont un effet positif sur la santé.

-publicité-

Conclusion de l’étude: les noix de coco gardent notre cœur et nos vaisseaux sanguins en bonne santé!

À Tokelau et Pukapuka, les maladies cardio-vasculaires sont une rareté. L’analyse, tant de l’alimentation que du taux de graisse corporelle des polynésiens a démontré aux chercheurs une quantité importante d’acide laurique (12:0) et d’acide myristique (14:0), tous deux issus de la noix de coco. Le taux de cholestérol total des habitants de Tokelau est 35 à 40 mg plus élevé mais n’a aucun effet négatif sur les maladies cardio-vasculaires.

Note d’Amanprana au sujet des graisses saturées:

En 1981 déjà, quand les résultats de l’étude de la population de Tokelau ont été révélés, il a été confirmé que les graisses saturées ont un effet positif sur la santé du cœur et des vaisseaux sanguins. L’huile de coco et les produits de la noix de coco sont bénéfiques. Même quand on en mange trop!

Note d’Amanprana au sujet de l’huile de noix de coco et des graisses saturées:

Une noix de coco contient au moins 60% de graisse. L’huile de coco contient 92% de (bonnes) graisses saturées, au moins 40% d’acide laurique et 17% d’acide myristique.

-publicité-

Source: Am J Clin Nutr. 1981 Aug;34(8):1552-61., Prior IA, Davidson F, Salmond CE, Czochanska Z