professor Karin Michels : de aarde is plat en kokosolie is puur vergif

« Oups, de sublimes mensonges sur l’huile de coco et beaucoup recommencent à douter des bénéfices de l’huile de coco…»
C’est peut-être ce qu’a pensé la profe$$eur toxique le Dr Karin Michels.

Faut-il prendre au sérieux la déclaration de Karin Michels sur l’huile de coco ?

Quand j’ai entendu cela pour la première fois, j’ai ri avec étonnement. Une vieille et sage petite femme qui prétend une telle chose sans nuances et abuse de son titre de profe$$eur semble suivre la stratégie de Trump.

Nous ne devrions pas prendre au sérieux l’affirmation probablement inspirée par les $$ disant que « L’huile de noix de coco est un pur poison ».

Karin Michels elle-même n’a fourni aucune preuve à l’appui de sa déclaration périmée.

L’huile de noix de coco est un gras saturé et serait malsaine selon Karin Michels. Elle se faufilerait dans les veines parce que les graisses saturées sont solides à température ambiante, jacasse Karin Michels. Mais aucune preuve ne défend cette absurdité. Aimerait-elle aussi dire que tout ce qui est solidifié à température ambiante va obstruer nos veines ? La viande, le poisson, les fruits et légumes… Une conclusion stupide. Michels réalise que l’huile de coco est liquide à 20 °C. À la température du corps, elle peut donc être tout aussi liquide.

Est-elle en mesure de faire une telle déclaration en tant qu’expert ? Non, pas vraiment. Elle n’est ni médecin, ni nutritionniste, ni biochimiste spécialisé dans les graisses. Sa spécialité en tant que prof est d’étudier les statistiques principalement en rapport avec le cancer. Elle n’a pas publié ses propres études. C’était son opinion basée sur des connaissances dépassées de son enfance, sans mises à jour…
Mais le professeur W. Willet de Havard l’est. Il est ancien professeur de médecine à l’Université de Havard, médecin, nutritionniste et professeur d’études démographiques en relation avec la nutrition. Il a publié 1 500 articles scientifiques sur la nutrition et les causes des maladies et est le deuxième auteur le plus cité en médecine clinique dans le monde. Il a également été le chercheur principal d’un groupe d’études à grande échelle appelé « Nurses health study 2 », qui a débuté en 1989. Que dit-il des graisses saturées ?

Le Professeur Dr Willet d’Havard établissait déjà en 1995 qu’il n’y a pas de relation entre les graisses saturées et les maladies cardiovasculaires.

« Aujourd’hui, selon les études les plus approfondies, aucun lien n’a été établi entre la consommation de graisses saturées et les maladies cardiovasculaires ». Avec son étude à grande échelle sur la relation entre les graisses saturées et les maladies cardiovasculaires, le Dr et Professeur Willet a conclu que « les données de cette méta étude rejettent la forte relation entre la consommation de graisses saturées et le risque de maladies cardiovasculaires, ce que l’opinion internationale suggère ».1

« La relation (inventée)« graisses saturées – cholestérol – maladies cardiovasculaires » est le plus grand mensonge scientifique de notre temps », selon le professeur et biochimiste George Mann, de l’Université Vanderbilt.

« Les études de population des tribus Masai de Tanzanie et du Kenya, des Inuits en Alaska et des Pygmées congolais montrent que les graisses saturées ne sont pas la cause de l’hypercholestérolémie et des maladies cardiovasculaires », a déclaré George Mann. Il avait 95 ans (2013) et a consacré sa vie de chercheur aux effets du cholestérol sur la santé humaine. Le professeur George Mann a publié plus de 200 rapports médicaux, a été instauré chercheur à l’American Heart Association et codirecteur de l’un des plus grands programmes cardiaques (Framingham Heart Program).2

Les « graisses saturées sont saines » a déclaré Mary Enig en 2005, chercheuse scientifique ayant le diplôme universitaire le plus élevé dans le domaine des graisses (Maryland University).

« L’idée que les graisses saturées causent des maladies cardiaques est complètement fausse. Mais cette hypothèse a pénétré si profondément les esprits qu’il est difficile de convaincre du contraire, à moins de bien vouloir lire à ce sujet ».3

En tant que nutritionniste spécialisée dans la recherche sur l’influence des graisses sur notre santé, elle a clairement affirmé que « le beurre et l’huile de coco sont bons pour la santé du cœur ». M. Enig a été l’un des premiers chercheurs à commencer le combat contre les gras trans. Il a fallu plus de 20 ans pour que la quantité de gras trans dans l’alimentation soit mise en évidence et généralement acceptée comme responsable de désordres. Merci Mary Enig.

À propos des graisses saturées et du cholestérol « Oups, nous nous sommes trompés » est-ce que le monde médical devrait chanter.

Le Dr Ernest Curtis, cardiologue et auteur du livre scientifiquement fondé « La folie du cholestérol », espère que le monde médical chantera un jour en cœur « Oups, nous nous sommes trompés ». Parce que les graisses saturées sont saines. Tout du moins aussi saines que les graisses insaturées. Selon The Lancet, Time Magazine et le British Medical Journal, les glucides raffinés sont la cause de nombreuses maladies du bien-être.

Plus de 100 études scientifiques prouvent à maintes reprises les bienfaits de l’huile de coco déjà depuis des décennies. Il est scientifiquement prouvé que l’huile de noix de coco :

Augmente le cholestérol HDL (le bon cholestérol) et améliore le rapport DHL/LDL encore mieux que l’huile d’olive.4 5

George L. Blackburn, MD, PhD, Edward Mascioli, MD, et Vigan K. Babyan, PhD sont quatre professeurs de Havard, bien plus qualifiés que Karin Michels pour faire des déclarations sur l’huile de coco parce qu’ils ont publié et analysé des études sur l’huile de coco. Leur conclusion est : « L’huile de coco peut jouer un rôle médicinal important dans la nutrition, pour le métabolisme et la santé des patients. L’huile de coco peut être choisie comme l’huile végétale idéale dans les hôpitaux pour améliorer la récupération des patients. » 6

La Thaïlande a l’une des plus fortes consommations de noix de coco au monde. Néanmoins, l’incidence du cancer y est très faible. (Source : National Cancer Institute 1996)

Les Philippines ont les taux de maladies cardiovasculaires les plus bas, mais consomment beaucoup de noix de coco. (Source : une étude de 1992 publiée dans le Philippine Journal of Internal Medicine)

Les Français mangent beaucoup de graisses saturées (fromage, crème et pâté). Les Américains mangent très peu d’acides gras saturés. Pourtant, les Français ont 2 fois moins de maladies cardiovasculaires que les Américains.7

Les Polynésiens sont minces, n’ont pas de taux de cholestérol élevé et n’ont pratiquement pas de maladies cardiovasculaires. Cependant, jusqu’à 60% de leur kcal provient de graisses saturées, principalement des noix de coco. 8

Moins de maladie de la goutte grâce à l’huile de coco. Une étude de 14 ans sur la population des habitants du groupe d’îles éloignées des Tokélaou et de ceux qui ont migré vers la Nouvelle-Zélande a montré que ceux qui commençaient à manger de façon plus occidentale (en migrant vers la Nouvelle-Zélande) avaient 2,5 à 9 plus de goutte au fil du temps que les habitants des Tokélaou qui continuaient d’y vivre et dont la nourriture était principalement des noix de coco. 9

L’étude des Tokélaou prouve et confirme les études précédentes. Les graisses saturées de l’huile de noix de coco sont bonnes pour le taux de cholestérol. L’étude de suivi (1971-1977) de la grande étude de population sur les habitants des Tokélaou et de ceux qui ont émigré en Nouvelle-Zélande a donné un satisfecit aux graisses saturées, contre toutes attentes des chercheurs. Les habitants des Tokélaou prennaient en moyenne 52 % de leur apport calorique des noix de coco et leur taux de cholestérol était de 5,2mmol/litre. Ce que beaucoup d’instances recommandent aujourd’hui comme idéal. 10

Les preuves scientifiques montrent que les graisses saturées sont bonnes pour le cœur et les vaisseaux sanguins.

Une étude menée en 2017, à laquelle ont participé 37 chercheurs, 135 000 personnes dans 18 pays, a montré que la réduction des graisses dans l’alimentation, y compris les graisses saturées, réduit votre espérance de vie. Mais d’un autre côté, les chercheurs affirment qu’il n’y a pas de relation entre la consommation de graisses saturées et les maladies cardiovasculaires. En plus ceux qui mangent le plus de matières grasses ont même 23 % moins de chance de mourir plus tôt.11

Une étude à grande échelle de 35 597 participants publiée dans l’American Journal of clinical Nutrition en 2016 l’a clairement indiqué : Cette graisse saturée réduit légèrement le risque de crise cardiaque. 12

Une méta-analyse impliquant 347 000 participants et 21 études ont été examinées et publiées en 2010. Conclusion : la quantité (beaucoup ou très peu) de graisses saturées n’a pas d’incidence sur les maladies cardiaques.  13

Une méga méta-analyse sur les graisses réalisée par l’Université de Cambridge a publié ses conclusions en 2014. Sur la base de 72 études scientifiques de haut niveau publiées provenant de plus de 600 000 participants de 18 pays il fut conclu qu’il n’y a pas de lien entre la consommation de graisses saturées et les maladies cardiaques. 14

Le mensonge selon Karin Michels : l’huile de coco est un poison pur.
La vérité selon la science :  l’huile de coco extra vierge est pure santé

Du poison pur ! C’est une blague. J’aurais été gravement malade ou mort depuis longtemps, et avec moi, des milliards d’autres. Il n’y aurait plus personne en Asie. C’est absurde, bien sûr. L’huile de noix de coco peut être vendue comme aliment dans le monde entier comme c’est le cas depuis des temps immémoriaux. Naturellement. Aux États-Unis, l’huile de coco a obtenu le statut GRAS 1. GRAS signifie généralement ‘considéré comme sûr’, la catégorie 1 étant la meilleure catégorie dans les 5 différents grades GRAS, ce qui signifie qu’il n’y a aucune indication que l’huile de noix de coco serait nocive de quelque manière que ce soit. Plus encore, l’huile de coco est exempte d’allergènes. Il n’y a aucune réaction allergique connue à l’huile de noix de coco alors que, par exemple, l’huile de soja peut causer des réactions allergiques.

Pourquoi les gras saturés et l’huile de noix de coco sont-ils tout simplement super sains ?  Les gras saturés sont aussi sains que les choux-fleurs, les carottes, les fraises, les pommes ou les avocats.

  1. La graisse du lait maternel est saturée à 45% à 50%.  Les bébés en bonne santé ont besoin de beaucoup de gras saturés. Pourquoi ? Parce que les graisses saturées sont très stables, augmentent la résistance et rancissent rarement. C’est ainsi que la nature l’a voulu.
  2. Dans le cas de veines bouchées, le gras d’obstruction est composé de 74 % de gras insaturé et de seulement 26 % de gras saturé. 15
  3. Pour un bon apport en calcium et magnésium, environ 50% des graisses dans le corps humain devraient être des graisses saturées. 16
  4. Les gras saturés renforcent notre système immunitaire. Ils réduisent le stress oxydatif des acides gras insaturés et les graisses de l’huile de coco contiennent de l’acide laurique, de l’acide caprique, de l’acide caprylique, de l’acide caproïque et de l’acide myristique comme éléments constitutifs de fortes propriétés antimicrobiennes. 17
  5. Les aliments préférés pour le cœur sont les graisses saturées (stéarine et acide palmitique). Ces graisses saturées protègent le cœur du stress parce qu’elles sont si stables. Le corps entoure le cœur de graisses saturées. 18
  6. Nos poumons ne peuvent pas fonctionner sans gras saturés. Le surfactant pulmonaire, une substance qui permet aux poumons de continuer à faire leur travail et empêche les poumons de se replier, est constitué à 100 % de graisses saturées (acide palmitique).19
  7. Les patients qui se rétablissent d’une crise cardiaque qui absorbe au moins 7 % d’huile de noix de coco dans leur régime kcal se rétablissent plus rapidement que le groupe témoin(117).20
  8. Les graisses saturées d’huile de coco réduisent le risque de maladies cardiovasculaires en raison de leur effet antiviral. 21
  9. L’ajout d’huile de coco ou la noix de coco râpée aux repas des femmes enceintes ou allaitantes protège mieux leur fœtus et elles-mêmes contre les infections.22
  10. Des études ont montré que l’huile de noix de coco peut tuer des champignons tels que le Candida Albicans.232425
  11. l’huile de coco est 300 fois plus stable lorsqu’elle est chauffée que l’huile de lin et 5 fois plus stable que l’huile d’olive. 26 L’huile de coco est l’huile végétale la plus stable de toutes les huiles végétales. 27

6 règles de base sur l’huile selon Bart Maes

  1. Les huiles saines sont aussi importantes que les fruits et légumes.
  2. La qualité de l’huile est plus importante que le type d’huile.
  3. Il faut varier les huiles tout autant que les fruits et légumes.
  4. Certaines huiles peuvent être chauffées (par exemple l’huile de coco), d’autres ne peuvent être utilisées que froides (par exemple l’huile de tournesol).
  5. Trop d’oméga-3 et d’oméga-6 augmentent le stress oxydatif.
  6. Seuls les acides alpha-linolénique et linoléique, les acides gras à la base des oméga-3 et oméga-6, sont essentiels. Nous ne pouvons pas produire nous-mêmes ces 2 graisses et sans elles, une bonne santé n’est pas possible.

Fans d’huile de coco bien connus :

Apolo Ohno, patinage rapide or olympique : brocoli, riz brun et une cuillerée d’huile de noix de coco pour plus d’énergie.  Miranda Kerr top-modèle: huile de coco vierge dans le thé ou dans ses smoothies comme secret de beauté. Elle mange 4 cuillères à soupe par jour. K. Kardashian : utilise la meilleure huile de noix de coco pour son masque capillaire mensuel. Le joueur de baseball des Texas rangers Wilson préfère l’huile de noix de coco à toute autre. Gwyneth Paltrow utilise de l’huile de coco pour l’hydratation après un bain de sel. Gisele Bundchen, le mannequin brésilien utilise de l’huile de coco dans tous ses produits cosmétiques. Le Dr Oz a fait référence à plusieurs reprises à l’huile de noix de coco pour activer le métabolisme. Angelina Jolie prend une cuillerée d’l’huile de coco extra vierge avec ses céréales pour le petit déjeuner.

Jennifer Aniston prend de l’huile de coco dans son régime pauvre en glucides pour augmenter son métabolisme et l’aider à rester maigre. Emma Stone utilise de l’huile de noix de coco en raison de ses allergies.  Kylie Jenner utilise n’importe quelle huile de coco vierge pour ses bains de bouche  (hygiène dentaire et détoxification). Mindy Kaling utilise l’huile de noix de coco pour le soin des cheveux. Mandy Moore l’utilise pour hydrater sa peau afin de prévenir les rides. Jenny Slate utilise l’huile de coco comme démaquillant.

Pascale Naessens : utilise de l’huile de noix de coco pour cuisiner car c’est un gras saturé sain.

Professeur F. Muskiet de Groningen: l’huile de coco protège contre le diabète.  Kim Clijsters, ancienne numéro 1 mondial du tennis : « Depuis des années je suis fan de l’huile de coco Amanprana. Toute la famille l’adore ».  Koen de Bouw , le plus célèbre acteur de cinéma belge, aime cuisiner avec de l’huile de coco.

Martine Prenen est fan de l’huile de noix de coco extra vierge d’Amanprana depuis des années. Aussi bien pour l’alimentation que pour les soins corporels.  Juglen Zwaan, nutritionniste néerlandais : il y a au moins 10 bienfaits prouvés pour la santé de l’huile de coco. Si vous utilisez de l’huile de coco, optez pour l’huile de coco extra vierge biologique.

 

  1. Mary Enig, feiten over vetten, 2000-2003 p 87-95; Ascherio e.a. 1995., Hu e.a. 1997, Pietinenen e.a. 1997
  2. Mann G, Coronary heart disease, doing the wrong things, Nutrtion Today july-aug 9 423-428,1987
  3. Mary Enig Knows your fats, understanding fats, oils and cholesterol 2000
  4. Source Assuncao, ML, et al. Effects of dietary coconut oil on the biochemical and anthropometric profiles of women presenting abdominal
    obesity. Lipids 2009;44:593-601.
  5. Source : Khaw, KT, et al. Randomised trial of coconut oil, olive oil or butter on blood lipids and other cardiovascular risk factors in healthy men and women. BMJ Open 2018;8:e020167.
  6. Source Bruce Fife
  7. ‘virgin cocnutoil’, Brian en Marianita Jader Shilhavy, p 115
  8. Prior, Davidson, Salmond, Czochanska. ‘Cholesterol, coconuts and diet on Polynesian atolls: a natural experiment: the Pukapuka and Tokelau island studies’. American journal of clinical Nutrition, 1981 aug; 34(!):1552-61
  9. Source : Br Med J (Clin Res Ed). Aug 22, 1987; 295(6596): 457–461, I A Prior, T J Welby, T Ostbye, C E Salmond, and Y M Stokes , Britsch Medical Journal of clinical Research
  10. Source : Jamie Scott, Coconut and strarchy vegetable consumption in the Pacific Islands ; cholesterol, coconuts and diet on Polynesian atools : a natural experiment: the Pukapuka and Tokelau island studies. Stephan Guyenet, Whole Health source, 4,1,2009, The Tokelau Island Migrant Study : : Background and Overview.
  11. Source : Dehghan, M, et al. Associations of fats and carbohydrate intake with cardiovascular disease and mortality in 18 countries from five continents (PURE): a prospective cohort study. Lancet 2017;390:2050-2062.
  12. Source : Praagman, J, et al. The association between dietary saturated fatty acids and ischemic heart disease depends on the type and source of fatty acid in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition-Netherlands cohort. Am J Clin Nutr 2016;103:356-365.
  13. Source : Siri-Tarino, PW, et al. Meta-analysis of prospective cohort studies evaluating the association of saturated fat with cardiovascular disease. Am J Clin Nutr 2010;91:535-546
  14. Source : Chowdhury, R, et al. Association of dietary, circulating, and supplement fatty acids with coronary risk: a systematic review and meta-analysis. Ann Intern Med 2014;160:398-406.
  15. Felton CV, Crook d., Davies MJ, Oliver MF ‘Dietary polyunsaturated fatty acids and composition of human aortic plaques’Lancet, okt. 1994, 29,344(8931):1195-6.
  16. Watkins B, importance of vitamine E in bone formation and in chrondrocyte function, Purdue Universityn Lafayette, AOCS Proceedings 1996, food lipids and bone Health, food lipids and health, Mcdonald and Min, Marcel Dekker, NY 1996 p 101
  17. Kabara J, The pharmacological effects of lipids, the American oil chemists society, champaign, 1978,1-14 Cohen, L, journal national cancer institute 1986, 77:43
  18. Lawson, Kummerow Lipids 1979,14:501-503 HGarg lipids 1989,24 (4):334-9
  19. Eat fat loose fat, Dr; Mary Enig and Sally Fallon, p45
  20. Jama 1967 202:1119-1123;Am J Clin Nutrition 1981 34: 1552
  21. Alexander, J, 1987, journal of toxicology and environmental health 21:295 Harman D. 1976, Free radical theory of aging: effect of dietary fat on central nervous system function.Journal of the American Geriatrics society; 24(7):301(110) Psychosomatic medicine, jan/febr 2005, Dr Penelope Elias, Boston University.
  22. ‘in vitro killing of candida albicans by fatty acids and monoglycerides’, Antimicrobial agents chemother 45 (11) nov 2001:3209-3212
  23. G.Bergsson, in vitro killing of candida albicans by fatty acids and monoglycerides, antimicrobial agents and chemotherapy, nov 2001, p 3209-3212, vol 45, no 11
  24. Bergsson, Gudmundur, et al. ’In vitro Inactivation of Chlamydia trachomatis by Fatty Acids en Monoglycerides,’ Antimicrobial Agents and Chemotherapy (September 1998):2290-2294
  25. Thampan.PK.1994.Facts and Fallacies about Coconut Oil. Jakarta:Asian and Pacifc coconut Community pag 4-5
  26. Cherie Calblom M.S. ‘The juice Lady’, John Calblom, M.A., Michael Mahaffey,P. C. The complete cancer cleanse, pag.101