Soja : le côté obscur du soja comme alimentation saine

Le soja est un allergene70 % de toute la consommation de soja en Chine est principalement importée d’Amérique, du Brésil et d’Argentine. Le soja a spécifiquement conquis le Japon et l’Asie après l’occupation américaine du Japon lors de la 2e guerre mondiale. Auparavant, les Japonais mangeaient du soja – alors des produits de soja préparés de manière traditionnelle – de manière sporadique ou avec modération. Mais le soja a rencontré l’Amérique… et l’Amérique a découvert l’huile de soja bon marché tirée de la fève de soja. Cette huile de soja bon marché était obtenue par extraction à l’hexanol toxique. Des études furent alors menées pour utiliser les restes de tourteau : le donner comme affouragement ou l’utiliser dans des produits pour la consommation humaine, ce qui s’avéra plus rentable. On obtint ainsi des produits de soja ‘américanisés’ bon marché, mais moins sains que leurs équivalents asiatiques traditionnels.

Dans son livre The Whole Soy Story: the dark side of America’s favorite health food, l’auteur Kaayla T. Daniel détaille ce que savent les scientifiques du soja et de son industrie. Le Dr J. Mercola, fondateur du plus important bulletin de santé numérique au monde, nous dit de ce livre :

-publicité-
Annoncez-vous sur Freedom of Health? Entrez en contact »

« Kaayla Daniel lève le voile sur le dogme du soja. Le soja n’est PAS un aliment miracle. »

Si vous optez pour du soja, préférez les produits à base de soja traditionnels et non leurs équivalents occidentaux. Les produits à base de soja traditionnels sont les sauces tamari et shoyu traditionnelles, le miso traditionnel non pasteurisé (chiang), le natto traditionnel, le tempeh traditionnel et le tofu traditionnel. Par soja occidentalisé, nous entendons le burger de soja, les saucisses au soja, les TVP (textured vegatable protein), les morceaux de soja, les isolés de protéines de soja (SPI), les concentrats de protéine de soja (SPC), le gâteau au fromage au tofu, le lait de soja, les yaourt au soja, les boissons au soja, les puddings au soja, le tofu et le tempeh pasteurisés, les sauces au soja vendues en magasin, etc.

Avertissement : l’alkali est souvent utilisé pour transformer les fèves de soja en lait, tofu, TSP, SPS et SPI vendus dans les supermarchés. Ce processus crée une protéine artificielle, la lysinoalanine. Les rats nourris avec ces produits à base de soja développent des problèmes et calculs rénaux. Les produits à base de soja alcalisés ont été privés des bonnes protéines telles que la thréonine, sérine, cystine et le fer.

Pas de produits à base de soja occidentalisés : Pourquoi ?

Sally Fallon (Weston A. Price Foundation et auteur de Nourishing Traditions) :

-publicité-
Annoncez-vous sur Freedom of Health? Entrez en contact »

« Le soja contient de nombreuses substances oestrogéniques ayant une influence néfaste sur la fertilité. »

Mary Shoman (auteur de Living well with Hypothyroidism et du site Web www.thyroid-info.com) :

« En cas de forte consommation, le soja provoque des déséquilibres hormonaux, et par conséquent de nombreux problèmes de santé, dont des problèmes thyroïdiens. »

Samuel Berne (auteur de Without Ritalin: une approche naturelle) :

« Les oestrogènes du soja peuvent avoir une influence néfaste sur le cerveau à tous les âges, et certainement auprès des jeunes enfants. En outre, une alimentation pour enfant à base de soja comprend trop de manganèse. Le lien entre ADHD, ADD et d’autres troubles de l’apprentissage et le soja est expliqué dans le livre The Whole Soy Story ».

Katie Singer, auteur du livre The Garden of Fertility (le jardin de la fertilité) :

« De nombreuses filles et femmes ayant retiré le soja de leur alimentation présentent une meilleure santé gynécologique et menstruelle. »

Larrian Gillespie, auteur du The menopause Diet :

« Les femmes devraient avoir plus peur de la commercialisation de produits à base de soja que de préparations hormonales faiblement dosées. »

Produits du soja

1. Le soja ou soya est une fève. Les fèves crues sont dangereuses pour la consommation humaine. La préparation du soja est donc essentielle. Grâce à la fermentation, une fève inconsommable devient consommable. Il en va de même pour une longue cuisson.

2. Cru, le soja contient des inhibiteurs de protéines (inhibiteurs de la trypsine) qui empêchent l’absorption et la digestion de protéines.

3. Le soja contient des isoflavones, des xéno-oestrogènes, qui, en cas de prises répétées, perturbent l’équilibre hormonal, peuvent affecter la fertilité et diminuer la libido des hommes en faisant chuter les concentrations de testostérones.

4. Le soja est un allergène connu pour de nombreuses personnes. Il fait partie des 10 principaux allergènes dans l’alimentation. Une consommation de soja peut provoquer des problèmes intestinaux et respiratoires (tout comme le gluten, mais dans une plus large mesure, car le soja contient de fortes quantités de lectines et saponines).

5. Le soja a une influence néfaste sur la thyroïde.

6. Le soja contient des phytates, des substances bloquant l’absorption de zinc, de fer et de calcium. Les fèves de soja contiennent considérablement plus de phytates que les autres fèves, par ex. 4 fois plus que les pois chiches. En moyenne, les protéines de soja contiennent de 4,9 à 8,4 mg de phytates par gramme. Trop de phytates provoquent de l’anémie (en raison de carences de fer).

7. Le soja contient des oxalates qui empêchent l’absorption de calcium et ont une influence néfaste sur les calculs rénaux.

8. Le soja contient des lectines qui réduisent la résistance et qui sont responsables de l’hémagglutination.

9. Le soja contient des saponines qui ont une influence négative sur la perméabilité de l’intestin et le taux de cholestérol.

10. 75 % du soja provient de soja transgénique (OGM).

La culture de soja entraîne la désertification de l’Argentine. La responsabilité de Monsanto

70 % des bois argentins a disparu. Des 100 millions de bois, il n’en reste plus que quelques 30 millions (Secrétariat argentin pour l’Environnement). La responsabilité repose principalement auprès de l’industrie du soja. Auprès de Monsanto. Avec le soja, Monsanto transforme les bois en paysages désertiques. 75 % des fermiers argentins luttent aujourd’hui contre la sécheresse des terres agricoles. Il y a un siècle, la Patagonie comptait encore 22 millions de moutons et 7 millions d’habitants. L’Argentine compte aujourd’hui 40 millions d’habitants et moins de 10 millions de moutons. Vive l’exportation de soja et Monsanto ?

Le soja traditionnel est sain dans une alimentation variée, le soja occidental l’est beaucoup moins

1. Le soja transgénique est rempli du désherbant (phosphates organiques) « Round up » de Monsanto. Et pratiquement tous les produits à base de soja exportés de l’Europe sont génétiquement manipulés. Il faut les éviter comme la peste. Il existe aujourd’hui suffisamment de preuves scientifiques démontrant que le soja manipulé a des conséquences néfastes et inattendues sur l’homme et l’environnement.

2. Germination, long rinçage, cuisson et fermentation réduisent globalement les inhibiteurs de protéines dans la fève se soja cuit. Mais l’action oestrogénique reste. Par exemple, le lait de soja contient encore 13 % des inhibiteurs de protéines, le tofu de 2,5 % à 7,9 %, le miso 0,3 %, le natto 0,7 % et la sauce de soja 0,8 % (The whole soy story, Kaayla Daniel, p.199). Les inhibiteurs de protéines sont également nocifs pour le pancréas.

3. La teneur de phytates actifs dans le soja peut être réduite grâce à une germination, long rinçage et fermentation. La chaleur influence peu le taux de phytates actifs.